Body Positive

Instagram change sa politique sur la nudité grâce à Nyome Nicholas Williams

1 novembre 2020
Nyome Nicholas lutte contre la politique sur la nudité d'Instagram

Le réseau social Instagram cède finalement sous la pression des internautes et annonce qu’il met à jour sa politique sur la nudité. Une nouvelle qui survient 3 mois après qu’une photo de la mannequin grande taille Nyome Nicholas-Williams dénudée a été retirée de la plateforme, suscitant une polémique.

C’est bien un problème que nous connaissons depuis des années dans les communautés marginalisées : l’algorithme Instagram favorise les personnes minces, blanches et cisgenrées et censure efficacement les autres personnes.

Nyome s’exprime : « Les corps gros et noirs sont censurés »

En juin 2020, Nyome Nicholas-Williams, a publié une photo artistique d’elle-même seins nus, dans laquelle ses seins étaient couverts de ses bras et Instagram l’a rapidement supprimé. Censurer une femme noire dans le contexte du nouveau mouvement Black Lives Matter était une décision particulièrement audacieuse, qui n’est pas passée inaperçue.

Les followers de Nicholas-Williams se sont aliés derrière elle en utilisant le hashtag #IWantToSeeNyome. L’incident a donné lieu à une pétition sur le site Change.org, qui a recueille plus de 20 000 signatures à ce jour, pour protester contre ce qu’elle appelle « la censure préjudiciable et raciale motivée par Instagram », et dans le but de mettre en valeur toutes les personnes de toutes tailles et de toutes ethnies.

Dans une interview récente avec Freeda, Nicholas-Williams a expliqué que « la censure se produit partout, mais sur les médias sociaux, elle se produit davantage, surtout chez les femmes noires comme moi ».

Des histoires similaires …

Celeste Barber

Malheureusement, ce n’est pas un incident isolé. Le mois dernier, la comédienne australienne Celeste Barber a publié une photo de sa série #CelesteChallengeAccepted d’images parodiques à son auditoire de 7,3 millions : une photo d’elle imitant l’ancienne mannequin de Victoria Secret Candice Swanepoel, en serrant son sein nu et en exposant son sein latéral.

Même si les deux photos révélaient exactement les mêmes parties de chaque corps (Celeste Barber, en fait, porte un bikini à ficelle), Instagram a interdit le partage de publication pour celle de Celeste Barber, informant certains utilisateurs que cela allait « à l’encontre de nos lignes directrices communautaires sur la nudité ou l’activité sexuelle ». Pendant ce temps, le post de Swanepoel ne faisait l’objet d’aucune restriction …
« Hey Instagram, sort out your body-shaming standards, guys *», a écrit Barber, partageant la capture d’écran d’un fan montrant l’interdiction de repost d’Instagram. « On est en 2020. Rattrapez-vous. »

* « Hey Instagram, rangez vos standards de body-shaming ».

Kayla Logan

Le PDG d’Instagram, Adam Mosseri, a bien reconnu publiquement la nécessité pour Instagram d’examiner les algorithmes, la vérification et la distribution de contenu. « Nous nous concentrerons d’abord sur la communauté noire, mais nous allons aussi examiner comment nous pouvons mieux servir d’autres groupes sous-représentés », a-t-il dit.

Mais en octobre, peu de choses avaient changé. C’est pourquoi Kayla Logan, une blogueuse et influenceuse américaine de grande taille, a lancé #DontDeleteMyBody : un coup de gueule pour prouver à la société à quel point l’algorithme Instagram est grossophobe et raciste, mais aussi pour le combattre.

View this post on Instagram

DON’T DELETE MY BODY! It’s time for IG to stop censoring FAT bodies. Our bodies aren't as shareable. Our posts don't get the same reach. We're silenced and erased because our bodies aren't as palatable as our thin counterparts. We live in fear of losing our accounts for the same images that are deemed acceptable for those in smaller frames. Queer folx and BIPOC are policed at an even higher rate! Instagram erases marginalized and progressive people from posting and having profiles, continuing the silencing and often phasing us out all together.  We have to ask those who believe that this is to “protect” the community: who or what are you trying to protect by eliminating marginalized people and progressives from view?  We look forward to the day when we can all share without fear. To hear the stories of 50+ PEOPLE involved in this project & further resources: @kaylaloganblog  Respect + thanks to all the advocates who have been speaking on these issues for years, including @unskinnyshero @lilith.fury @curvynyome @katanafatale  @shooglet @stephanieyeboah @griminator @themisfitsoffig @salty.world @ashleighchubbybunny @venuscuffs @iamjarijones @luhshawnay & others who’ve paved the way .  Organized by: @kaylaloganblog / Inspired by: @laraonfire / Caption written by: @couvertier_louis + @newinheritors Share your experiences using the # #DontDeleteMyBody This project’s participants: @aemilyharris @chiefofstyle @prairie.queer @caterinamoda @clarissatalks @couvertier_louis @heregoesgabbi @jessswest @jezra_m @katesies @kiabillinger  @kristenplus @laraonfire @lilith.fury @monalisa.stephen @_bopo_mama_ @msgigggles @bopopeaches @curvesandacarryon @sumajanedark @newinheritors @binge.to.bopo @trinichinlee  @bijanross @chubbystruggles @janeemoonlight @jesinspace @mrmrandmama @manonmedwards @meg.Boggs @suggamonkey  @sherryivy_ @veronicabellemodel @manifolddev @The.SarahTaylor @itskelseypearle @tanzania_akiaa @kalaenouveau @nicole__moses @manfoldmare @mariagardner_uk @cocktailswithantoinette @lelestyleme @suggamonkey @funkchunkyy  @jordallenhall @psitsfashion @curlycurvyclub @hannahgodown @prairie.queer @amariep123 @laureldickmanwrites @justaplussizegirl @lynleyeilers

A post shared by Kayla Logan Body love queen (@kaylaloganblog) on

Le 1 octobre, 50 influenceurs ont publié une photo nue contenant une barre de recherche avec la question « Pourquoi Instagram censure mon corps mais pas les corps minces ? »
De façon asssez prévisible, de nombreux influenceurs ont signalé la suppression de leur publication pour avoir enfreint les règles de la communauté Instagram. De quoi s’interroger !

Julie aka « LaFilleQuiaDesTâches »

Julie a vu ses photos supprimées pour cause de non respect de la politique d’Instagram. Pourtant, ses seins étaient bel et bien cachés. Elle a été contrainte de republier une autre photo …

Il y a trois questions différentes en jeu : la censure des personnes de couleur; la censure des personnes grosses et des personnes marginalisées; et la censure des corps de femmes. Pourtant, toutes les trois nous mènent à la même conclusion : il est temps que les géants des médias sociaux mettent à jour leurs règles pour donner sa place à tout le monde.

Les femmes pourront publier sur Instagram des photos d’elles enveloppant leurs seins

La campagne #IWantToSeeNyome de Nyome Nicholas Williams a porté ses fruits : la société mère Facebook a accepté de modifier sa politique sur le serrage des seins afin de garantir que tous les types de corps soient traités équitablement, et ce, à compter du 28 octobre.

Avec la nouvelle mise à jour, les contenus dans lesquels une personne enlace, tient ou cache simplement sa poitrine seront autorisés. Mais la censure continuera de sévir sur les pressions exercées sur la poitrine dès lors qu’elle sera considérée « dans un but pornographique ». Pour faire la différence, le réseau social se basera sur le degré de pression exercée par les mains : sera interdit le «pliage de doigts en un mouvement de pression, ce qui entraînera un changement de forme des seins», décrit Instagram dans un communiqué. En cas de doute, les modérateurs devront laisser les photos en ligne.

« Nous n’autorisons pas le fait de se compresser les seins, car c’est souvent associé à du contenu pornographique, mais nous savons que nous avons commis des erreurs dans la manière dont cela a été appliqué, notamment à l’égard de la communauté grande taille »

Mais cette règle a conduit à la suppression de clichés de femmes à forte poitrine. «On a des gros seins qui sont souvent lourds et pour ne pas montrer nos tétons censurés par Instagram on les tient, on les cache avec nos mains», explique sur Instagram la DJ Leslie Barbara Butch, dont la photo en Une du magazine français Télérama sur la grossophobie avait été censurée par le réseau social.

View this post on Instagram

Hey coucou les amours. INSTAGRAM m'a appele ce matin pour m'expliquer pourquoi les photos meme si on voit pas forcément les tetons sont censurées. Comme celle là pour elle ou celle de telerama etc. Grâce à tous les post de chacun.e.s grâce à toustes mes adelphes du monde entier qui ont dénoncé les memes problèmes de censure on a enfin eu la reponse qu'on attend. Il y'avait une règle fb qui interdit le breast squeezing ( c'est le fait de se tenir les seins, de les compresser) car c'est ( c'etait) pour eux considéré commeun acte sexuel ou pornographique. Alors que pour nombres d'entre nous c'est surtout qu'on a des gros seins qui sont souvent lourds et pour ne pas montrer nos tetons censurés on les tiens, cachent avec nos mains. Ou bien qu'on vient ce faire tatouer et que pour montrer notre nouveau tatouage entre les seins faut encore une fois qu'on cache nos seins. Cette règle a enfin sauté et cera en place réellement des mercredi . Et si du coup on lancait un ptit challenge pour verifier tout ca ?pour vérifier que c'est pas encore une fois du bullshit de la part de fb /insta ? A toutes les personnes qui veulent m'envoyer des photos ou bien les poster d'elles en train de se tenir les seins je les posterai ou vous les posterez des jeudi. Avec le #squeezit Et on verra si c'est vrai ou que des paroles en l'air. Pour nous calmer C'est qu'un petit changement mais ca montre que si dans le monde entier, les gens pointent du doigts ce qui ne va pas, ensemble on peut faire bouger les choses Et encore une fois : LES MINORITÉS C'est La MAJORITÉ #squeezit

A post shared by Leslie Barbara Butch (@barbarabutch) on

Comment agir à son échelle ?

En attendant le prochain article, vous pouvez aider à faire une différence : n’hésitez pas à suivre et à supporter les personnes qui souffrent du manque de représentation, et à s’engager avec leur contenu: sauvegardez leurs publications, commentez, aimez et partagez le contenu qui résonne en vous, et que vous pensez que les gens ont besoin de voir. Montrez aux géants des médias sociaux et aux grandes entreprises que la diversité et l’inclusion comptent dans ce monde et que vous voulez les voir !

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Laisser un commentaire