Body Positive

Parlons grossophobie

20 juin 2020
3 jeunes femmes en maillot de bain

Si vous craignez d’aller chez le médecin de peur qu’il n’associe encore le moindre problème de santé à votre poids.
Si vous cachez systématiquement vos fesses sous des t-shirts longs pour ne pas subir certains regards.
Si vous connaissez par cœur toutes les galipettes linguistiques pour esquiver LE mot … alors vous avez certainement déjà expérimenté la gêne autour du mot gros, et encore plus certainement la grossophobie.

Elle n’est pas seulement conversationnelle, mais bien systémique : force est de constater qu’il ne fait pas bon être gros dans notre société ! Mais la gêne du gros, kézako ? Voici 3 questions autour du mot gros pour vous aider à y voir plus clair.

Qu’est-ce que la gêne autour du mot gros ?

Le mot gros génère une gêne en ce qu’il renvoie à un imaginaire peu reluisant et alimenté par les stéréotypes autour du poids. En somme, plus vous êtes gros, plus vous êtes associés à la paresse, au manque de volonté et autres amabilités.
De ce fait, une gêne s’est donc instituée quand à l’utilisation du mot gros. Pourtant, ce n’est pas une insulte ! Actuellement, si vous êtes en surpoids, et bien vous êtes gros. C’est ainsi, c’est un fait, établi, visible, et qui devrait être assumé sans préjudice pour votre qualité de vie.

Léna assise par terre devant un miroir
@fanny_dussol

La peur autour du mot gros/grosse doit être abolie, car elle sous-entend que ce mot est une insulte. Pourtant si l’on regarde de plus près , dès lors que l’on attribue le mot gros à autre chose qu’une personne, il est d’office interprété comme positif ou neutre. Avoir un « gros compte en banque », une « grosse voiture », un « gros sac » où mettre ses vêtements … ce n’est pas péjoratif. Par conséquent, pourquoi ce mot devrait-il le devenir lorsqu’il s’agit de qualifier une personne ? Cela devrait être un adjectif qualificatif comme un autre !

En quoi cette gêne alimente-t-elle la grossophobie ?

Il est évident que l’esquive du mot gros participe grandement à la grossophobie ambiante. Ils ne vous passerait ainsi jamais à l’idée de traiter une personne en utilisant les mots « sale mince », tandis que les insultes « sale gros » et « espèce de gros » sont à l’inverse largement répondues et ont rythmé le quotidien de beaucoup d’adolescents et de jeunes adultes. Perpétuer l’utilisation péjorative de ce mot constitue donc une entrave à la lutte contre la haine des corps gros.

À des fins de précision par ailleurs, combattre la grossophobie, ce n’est pas encourager l’obésité. C’est lutter contre l’exclusion, la discrimination et le rabaissement des personnes grosses. Rassurez-vous : en général quand on est gros … et bien on le sait. Il n’est donc pas nécessaire de le rappeler systématiquement en pointant cela comme un défaut, ni de rendre le quotidien des personnes grosses difficile.

Pourquoi c’est important de réhabiliter le mot gros ?

Tout comme l’ont fait pas mal d’autres communautés lorsqu’un mot les offense directement, il peut être thérapeutique ou nécessaire de se réapproprier ce terme, pour en faire quelque chose de positif et reprendre le contrôle. Il s’agit de prendre les armes de la main de l’oppresseur pour en faire une force et ne plus l’autoriser à l’utiliser en le privant de son recours.

Réhabiliter le mot « gros », c’est une façon de lui enlever son pouvoir blessant et le replacer dans un contexte linguistique qui lui est approprié, à savoir désigner une morphologie, sans sous-entendu.

Pour aller plus loin, on vous a dressé avec amour une liste de reportages, lectures et podcasts sur la grossophobie :
– « On ne naît pas gros », Gabrielle Deydier, éditions Goutte d’Or (2017)
– Podcast Arte Radio « Le gras est politique », qui expose brillamment pourquoi il faut se réapproprier le mot « gros », ainsi que les ravages de la grossophobie sur les personnes grosse
– Reportage « On achève bien les gros », ARTE (2020)

Avez-vous souffert personnellement de la grossophobile ? Venez nous rejoindre sur notre compte Instagram, dans la rubrique Contact, afin d’en discuter ! Notre messagerie est toujours ouvert pour vous 🙂

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Laisser un commentaire